Voyage aromatique : les cascarilles (crotons) de Madagascar

Voyage aromatique : les cascarilles (crotons) de Madagascar

  Pierre Franchomme

 (759)    (2)

  Carnet de voyages

Je vous invite pour une nouvelle étape de notre voyage aromatique à Madagascar, cette fois-ci dans le sud-ouest de l’île, à la découverte de deux huiles essentielles de cascarilles ou crotons . Encore peu connues, je les affectionne pour leurs propriétés antitussives pour l’une et anti-rhumatismales pour la seconde… et bien sûr aussi pour leur origine malgache !


Rout nationale 7 Tananarive Toliarra
Route nationale 7 Tananarive - Toliara

.

Cascarilles, crotons : deux noms qui désignent les mêmes plantes

Dans le domaine des huiles essentielles, l’usage veut  qu’on désigne par le nom courant « cascarilles » le genre botanique des « Crotons », leur nom latin. Ces deux appellations peuvent donc figurer sur les flacons d’huiles essentielles.

Les Crotons appartiennent à la vaste famille des Euphorbiacées, regroupent près de 1300 espèces et sont présents dans toutes les régions tropicales et subtropicales de la planète. Rien qu’à Madagascar, on en dénombre à peu près 125 différents !

À noter que les plantes du genre Croton ne doivent pas être confondues avec les crotons des horticulteurs et des jardineries, vendus comme plantes décoratives, et qui sont de l’espèce Codiaeum variegatum. 

.

Ma sélection de cascarilles de Madagascar

Plusieurs crotons fournissent des huiles essentielles à Madagascar, avec des profils très variés (Croton geayi, ...). De mon point de vue, deux se distinguent pour la qualité et les propriétés de leurs huiles essentielles. Elles sont issues d'arbustes qu'on trouve à l’état naturel dans la région de Toliara (en français,Tuléar), au sud-ouest de « l’Île rouge » : le Croton kimosurum et le Croton cotoneaster.

Leurs feuilles sont récoltées de manière durable, à la main, pour respecter la flore sauvage, puis distillées dans de petites distilleries locales pour donner deux huiles essentielles uniques, souvent utilisées sur place chez les jeunes enfants souffrant d’infections respiratoires.

.

Croton "Zanapoly"
Les Crotons kimosorum et cotoneaster sont des arbustes endémique de la région de Toliara. 
Sur la photo, un kimosorum.

.

Le Croton kimosorum

Appelé « Zanapoly » en malgache, c’est un arbuste pouvant atteindre 1,50 mètre de hauteur. Son écorce contient des cellules oléifères et odorantes, ses feuilles sont opposées, verticillées et fortement parfumées. Ses fleurs se présentent en grappes terminales.

La distillation à la vapeur d’eau de ses feuilles donne une huile essentielle fluide, jaune clair, à l’odeur florale et citronnée. 

Sa composition est très équilibrée, avec : 

- 10 à 15 % d’eucalyptol – expectorant à taux raisonnable pour les jeunes enfants – 

- 20 à 23 % de linalol, anti-infectieux

- auxquels s’ajoutent 8 % d’autres terpénols antimicrobiens. 

Cette composition en fait un produit remarquable contre les rhumes, les bronchites et les toux chroniques, ces dernières étant de plus en plus courantes, avec les suites de grippes, de covid ou de broncho-pneumopathies.

.

Pour la toux chronique :

1 goutte d’HE de Zanapoly dans une cuillère à thé de miel, 2 à 3 fois par jour durant 1 semaine pour les enfants ; 2 gouttes pour les adultes.

croton kimosorum 

.

Le Croton cotoneaster

On l’appelle « Somorimbato » à Madagascar. C’est un arbuste qui ressemble au Zanapoly, mais ses petites feuilles arrondies et très aromatiques sont plus larges.

Son huile essentielle a de légères notes gourmandes de cacao. C’est un « saupoudrage » de molécules microbicides (linalol…) et surtout anti-inflammatoires (germacrène D…), l’indiquant dans les crises de rhumatismes. 

.

Pour les crises de rhumatismes :

30 gouttes d’HE de Somorimbato dans 10 ml d’huile de calophylle

Une alternative : 20 gouttes d’HE de Somorimbato et 10 gouttes d’HE de Thym d’hiver à para-cymène dans 10 ml d’huile de calophylle.

croton cotoneaster

.

.

.Pierre Franchomme

.

AVERTISSEMENT 

Les informations présentées dans cet article ne constituent pas une recommandation thérapeutique et ne remplacent pas la consultation d’un professionnel de santé. Les huiles essentielles ne conviennent pas aux enfants de moins de 6 ans, ni aux femmes enceintes ou allaitantes. Dans ces cas, demander l’avis d’un professionnel de santé.
 Par ailleurs, l’usage des huiles essentielles nécessite de vérifier au préalable leurs précautions d’emploi et contre-indications éventuelles. En cas de doute, consulter un professionnel de santé.

© Tous droits réservés







 (759)    (2)